L'homme et l'environnement




DEBUT DES HOSTILITES

0 appréciations
Hors-ligne
En avril 2004, plus exactement le six, je décidais de porter notre problème auprès de la DRIRE puisque les autres autorités ne voulaient rien entendre, malgré notre désir de dialogue et de compréhension. Je portais plainte avec d'autres personnes qui n'en pouvaient plus. Le 21 JUIN 2004 la DRIRE nous adressait un rapport d'inspection accablant sur le centre de stockage. Entre temps et durant ces années nous allions et participions aux réunions des différents organismes et associations. En parallèle,j'avais établi un calendrier journalier des nuisances ( sorte de cahier que je détiens toujours )
marie

0 appréciations
Hors-ligne
Ne pourriez vous pas le mettre en ligne ce rapport???

Quels sont les risques possibles sur la santé des enfants et des adultes???
la musique c'est du bruit qui pense.

Victor Hugo

0 appréciations
Hors-ligne
Tout à fait d'accord avec petit lutin ! mettez le en ligne, surtout pour les listes qui étaient pour le CET
Le pire des cons, c'est le vieu con. On ne peut rien contre l'experience

0 appréciations
Hors-ligne
bonsoir petit lutin, bonsoir Neutre,

Je ne peux pas le mettre en ligne car "confidentiel" mais peut-être servira-t-il un jour ?
marie

0 appréciations
Hors-ligne
Je pense qu'il va finir par servir ce compte rendu...
la musique c'est du bruit qui pense.

Victor Hugo

0 appréciations
Hors-ligne
A mon avis il faut le publier, pour que tous se rendent compte! Maridenge

0 appréciations
Hors-ligne
A ce jour notre vigilance est toujours là, des odeurs vont et viennent encore, mais devait-on accepter un CET prêt des maisons ? où devait-on accorder des permis de construire à 200m de celui-ci sachant tout de même que des nuisances seraient perpétrées ?
marie

0 appréciations
Hors-ligne
En février 2001, je décidais avec mon mari d'adhérer à une association audengeoise qui combattait déjà ce fléau.
En mars 2001, je demandais à un biologiste quel était le seuil de nocivité du biogaz et de ces odeurs et quel pouvait être l'impact sur la santé de la population, car plusieurs personnes arrivées vers la fin 2000 ou début 2001 se plaignaient déjà de démangeaisons et d'allergies. Ces odeurs piquaient le nez, la gorge, les yeux.. :c0:
marie

0 appréciations
Hors-ligne
EN JUILLET 2001
----------------
Je décidais d'envoyer une lettre recommandée au maire de l'époque:
"Il y aura bientôt un an que nous avons fait construire sur votre commune. Il s'avère que pas un seul jour l'odeur de la décharge ne nous a quitté.
Dimanche soir encore lors d'une réunion de famille (20 personnes) nous avons tous étaient incommodés une nouvelle fois. Nous avons honte d'imposer une telle atmosphére à nos convives.
ces odeurs se répandent mêm la nuit.
Si lors de l'obtention du permis de construire, vous nous aviez signalé l'existence de cette décharge, nous ne serions jamais venus à Audenge.
Il est bien dommage que cette charmante ville soit souillée par de telles odeurs et que vous acceptiez de mettre en danger la santé de vos administrés.
Nous attendons une rapide et radicale proposition de votre part quant à l'existence de cette décharge et de ces conséquences....

VOICI ce que je demandais au maire (une rapide et radicale solution), j'étais loin de penser que cela durerai 7 ans de plus !!!
marie

0 appréciations
Hors-ligne
Cette année 2004 ( début de l'année) une pétition de 600 signatures d'audengeois qui souffraient avait vu le jour (sur seulement 3 jours de porte à porte ) et avait été fournie au Prefet en même temps que mon cahier/calendrier. ces plaintes devaient donc déboucher sur une inspection de la DRIRE;
marie

0 appréciations
Hors-ligne
Nous ne nous étions pas trompés, ne pas lâcher ce combat : car inadmissible de faire subir de telles nuisances qui dépassaient les limites de la tolérance, désespérant les riverains, les affolant,les stressant, les empoisonnant, les empêchant de respirer, les rendant malade, les agressant dans leur vie privée et leur santé et cette atteinte à l'environnement de quel droit aussi?
Et maintenant après avoir subi pendant des decennies pour certains ces dommages, après avoir été pénalisés financiérement, faudrait-il que l'on en reste là ? NON.
marie

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres